Sous les étoiles des Préalpes d’Azur

 
 

Il suffit de quitter les villes, parcourir quelques kilomètres vers le haut pays, pour retrouver la splendeur céleste. La qualité lumineuse du ciel nocturne des Alpes du Sud est exceptionnelle. A Ascros, par exemple, grimper jusqu’au château les nuits de lune noire, c’est véritablement plonger dans le ciel. Assis entre deux touffes de thym, le promeneur solitaire a l’impression de voler vers les étoiles, dans ce ciel qui n’est pas vraiment noir mais d’un bleu profond très foncé, un bleu nuit. Par contre, noire est la terre endormie à ses pieds, plongée dans l’ombre des montagnes. Elle devient Ciel, parsemée des constellations des villages. Tout près, Saint-Antonin. Plus loin, La Penne. La nébuleuse, c’est Sallagriffon et ces deux traits dans le lointain Briançonnet et Amirat. Ces constellations terrestres, plus lumineuses que les célestes, cachent aussi bien des mystères.

Le promeneur solitaire laisse alors libre cours à ses pensées, il s’évade dans la nuit, se fond en elle avant que la cloche de l’église égrenant les heures ne le rappelle à la réalité. Il descend alors de son perchoir sous le regard d’un hibou petit-duc, perché sur son fil. Ce monde mystérieux de la nuit, onirique et fabuleux le fascine, l’attire. Aussi, un soir, il prend son bâton de pèlerin. Avec un rayon de lune comme seul éclairage, il part sur les chemins à la découverte des Préalpes d’Azur plongées dans le noir. Au cours de sa quête nocturne, il glane des petits secrets, des traditions et anecdotes, des contes et histoires légendaires…



 

Sous les étoiles des Préalpes d’Azur

Editions Mémoires Millénaires



La lecture enchantée de cet ouvrage nous conduit en balades nocturnes contées sous les étoiles des Préalpes d’Azur. Le texte guide le lecteur de façon très concrète, tissant histoires et impressions au fil des villages endormis dans une connaissance intime des lieux, loin d’un propos touristique classique, entremêlant fluidement la spécificité, les pierres, les fontaines, les ruelles aux légendes qui peuplent le parcours. Avec naturel, comme un roman historique superbement accompagné de photos uniques, prises de nuit sans éclairage public. La netteté des espaces bâtis s’affirme sous un ciel lumineux. Fascinant.

Liliane Tiberi (La Tribune de la Côte d’Azur)




Invitation à la découverte nocturne des Préalpes d’Azur